PERMACULTURE FAMILY  —   SOIGNER LA TERRE SOIGNER LES HOMMES
#5# MEXIQUE, le Chiapas, rencontre avec les producteurs de café

#5# MEXIQUE, le Chiapas, rencontre avec les producteurs de café

Le 12 octobre 2018

#5# MEXIQUE, le Chiapas, rencontre avec les producteurs de café

écrit par Stéphane(papa) et Louis

San Cristóbal de las Casas
Après 700 km et une nuit dans le bus depuis Huatusco, nous arrivons dans la ville de San Cristobal de las Casas, à 2200 m. d’altitude, au Chiapas au Sud du Mexique. Toujours sans le sac à dos d’Alexa : elle désespère de le retrouver un jour, pour tout dire, elle n’y croit plus. Malgré tout, on continue d’appeler l’aéroport tous les jours, et là surprise, une énième hôtesse nous dit :« votre sac a été envoyé à Tùxtla », l’aéroport à 1h30 de San Cristobal. Nous courons le chercher et voilà l’affaire du sac devient une anecdote : c’est fou, 13 jours à porter les mêmes vêtements…elle va s’en souvenir 😉. Heureusement, entretemps… Alexa avait trouvé une couturière qui a créé un vêtement avec un joli tissu mexicain « dia de los muertos » (fête des morts/La Toussaint) qui se prépare ici dans toute la ville ! Nous découvrons cette très jolie ville coloniale aux nombreuses églises.

Rencontre avec les communautés indigènes de MAJOMUT
San Cristobal est le siège de MAJOMUT, une coopérative de producteurs de café partenaire des Scop Ethiquable et Café Michel en France. Fernando, le coordinateur de la coopérative, nous propose de rendre visite aux communautés partenaires à 50 km. Nous passons une merveilleuse journée avec les femmes du village de Majosik et les producteurs de café du village de Tanate. C’est l’occasion pour tous d’échanger sur la prochaine récolte de café qui débute ce mois-ci : production, prix, certification biologique et équitable ainsi que sur les nouveaux projets de sécurité alimentaire développés par les femmes comme la production de tomates et autres légumes qui reste difficile dans cette zone de hautes montagnes. Une séance de drone permettra aux producteurs d’observer leurs parcelles vues du ciel : très instructif pour évaluer la déforestation réalisée par leurs voisins peu scrupuleux ! Dans les parcelles de café, l’ambiance est bonne : la pente est très importante alors on glisse, on s’accroche aux branches et on se rend bien compte de la difficulté supplémentaire à cultiver sur des pentes abrutes en montagne. L’histoire du café commence comme cela…avant d’arriver dans notre tasse chaque matin 😉. C’est également l’occasion d’une séance photos et vidéos avec les producteurs pour le label de commerce équitable SPP qui nous a chargé de réaliser la promotion du label à travers le monde. Nous terminons la journée par une cérémonie : Papa met en terre un petit caféier et en devient le parrain. Cà se fait souvent ici 😉.

Dégustation de café à la coopérative MAJOMUT
Arrivé au siège de la coopérative à la sortie de la ville, nous entrons dans une grande salle. Nous présentons notre tour du monde permaculturel très lié au commerce équitable. Tout le monde est attentif et pose des tas de questions. Le directeur de la coopérative nous explique que dans la région du Chiapas il y a 300 coopératives comme eux mais que Majomut est l’une des plus anciennes (35 ans !) et des plus solides !
Après la réunion, nous descendons dans une autre salle avec différentes machines ! Nous allons être initier à la dégustation du café : C’est Manuel, le professionnel de la dégustation qui va nous enseigner toutes les étapes sous le regard attentif de Papa qui est déjà dégustateur de café 😊. On va enfin découvrir une face de son métier !
1ère étape : Manuel torréfie les grains de café vert…20 minutes plus tard, ils ressortent légèrement grillés, on dit que c’est une torréfaction légère « robe de moine » qui fera ressortir l’acidité, les arômes mais aussi les défauts du café s’il y en a ! Suspens…
2ème étape : les grains refroidis sont mis en poudre fine avec une petite machine pour en faire les échantillons.
3ème étape : nous versons 16g de poudre dans chaque tasse avant de la remplir d’eau bouillante à 95°C
4ème étape : après 4 minutes d’infusion, on « casse la croute » qui s’est formée au-dessus à l’aide de deux cuillères…
La dégustation peut alors commencer : on sent, on slurpe pour ceux qui savent, on recrache et enfin on note ce que l’on ressent avec des mots comme acide, sucré, citron…mais Papa et Miguel utilisent une grille très compliquée avec un système de notation en 10 étapes…si bien qu’à la fin il faut donner une note sur 100 pour chaque échantillon. Pour Alexa et les enfants, c’est une première, il est difficile de distinguer les arômes, l’acidité, le corps,…mais ce qui est intéressant, c’est d’entendre ce que les autres ont dit du goût du café ! on compare alors nos ressentis.

Site archéologique de Palenque
Depuis des siècles, le Chiapas est une région très convoitée puisqu’à l’origine le Chiapas fait partie de l’empire Maya dont le cœur est au Guatemala. C’est finalement en 1824 que la région est rattachée au Mexique. De plus, c’est au Chiapas que le mouvement zapatiste a démarré dans les années 80 puis s’est intensifié à partir de 1994 avec la prise de la ville de San Cristobal de las Casas par l’armée révolutionnaire, qui défend les droits des indigènes pour l’amélioration de leurs conditions de vie qui sont bien inférieures au reste du pays. En effet, 1994 est la date d’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange nord-américain qui met en compétition les productions intensives de la Corn Belt (USA) à bas prix avec les productions vivrières des peuples indigènes du Chiapas…

Une grande journée d’excursion commence : après un passage aux cascades d’Agua Azul puis aux chutes d’eau impressionnantes (54 mètres) de Misol-Ha où on s’est bien douchés 😉, nous voilà enfin, après 7h de routes montagneuses dans un minibus ultra rapide (beurrr), devant un des sites plus remarquables de l’empire Maya au Chiapas : Palenque.
Le guide nous explique que plus de 1000 structures ont été érigées sur une période de 1000 ans (entre -100 av J-C et 900) et que la plupart sont encore recouvertes par la forêt tropicale. Nous gravissons la plupart des pyramides pour changer de perspectives et comprendre l’intérêt de l’emplacement de chacune. L’histoire raconte qu’un petit garçon appelé Pakal est devenu roi à l’âge de dix ans. Il aurait vécu 68 ans dans la cité de Palenque (615-683) où il fit construire sa tombe pendant 50 ans !!! La tradition voulait qu’on tue et qu’on enterre les serviteurs du roi à sa mort dans la même tombe et avec ses bijoux comme les colliers d’ambre ! Et pour couronner le tout, un gaz de mercure était dissimulé dans la tombe pour tuer les éventuels pilleurs ! A l’époque les Mayas appelaient leur citée :«Lakam Ha» qui signifie « Grandes Eaux » en référence aux nombreuses sources et cascades présentes sur le site à l’époque.

Nous quittons San Cristobal de las Casas après une semaine de rencontres inoubliables et d’histoires sur la culture Maya. Nous nous dirigeons en bus jusqu’à la frontière avec le Guatemala…

La suite dans le prochain épisode !
Saludos

La Permaculture Family

1 comment found

  1. En visitant ces campagnes mexicaines, je saisis tr s rapidement ses paroles. J sus est re u dans des r gions o m me le Gouvernement mexicain ne peut pas rentrer. Des communaut s dont la langue n est pas l espagnol, mais o il est re u comme l un des leurs par ces producteurs. quand je vois que m me les coyotes (interm diaires) me demandent de travailler avec moi .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.