PERMACULTURE FAMILY  —   SOIGNER LA TERRE SOIGNER LES HOMMES
#27# LAOS, de Vientiane à Luang Prabang

#27# LAOS, de Vientiane à Luang Prabang

Le 4 juin 2019

#27# LAOS, de Vientiane à Luang Prabang

Hi everybody 😊

Sortie de la Thaïlande par le Nord, nous traversons le « Pont de l’amitié » qui enjambe le Mékong. Moment magique et mythique pour tous. Au loin, on aperçoit Vientiane. Bienvenue au Laos :-).

Vientiane, la capitale laotienne

Vientiane sera la parenthèse enchantée de notre tour du monde. Ici dans la capitale du Laos, Alexa va retrouver son cousin Anouradj dit Anou. Alexa « je vais présenter Anou à ma famille. Louis, Esteban et Stéphane entendent parler de mon cousin du Laos depuis de nombreuses années !  Anou s’est beaucoup occupé de moi lorsque j’étais petite, il a été présent tout au long de mon enfance. J’ai eu beaucoup de peine lorsqu’il est parti vivre au Laos en 1995. Il y a ouvert un restaurant français : « la cave des châteaux ».  Nous sommes arrivés vers 10H dans la jolie capitale et dès midi nous avons couru à son restaurant pour lui faire la surprise ! Arrivés sur place, mon cœur bat à 100 à l’heure… mais le restaurant est fermé ce midi, nous reviendrons ce soir ! J’ai découvert ce fameux restaurant dont j’entendais parler depuis plus de 20 ans et j’ai retrouvé ma famille ! Nous avons passé 8 jours fantastiques. Notre rythme effréné a ralenti, nous avons fait la fête tous les soirs et surtout nous avons mangé français ! La cave des châteaux sert des mets délicieux : entre souris d’agneau et sauce au pistou, nous nous sommes régalés. Plaisir, gourmandise et détente. Je tiens ici à remercier mon cousin et son épouse pour leur accueil festif et dynamique. Nous avons dansé avec nos enfants à la cave des châteaux, restaurant génial qui nous a replongé dans l’ambiance des cafés parisiens.  Et il faut bien le dire, ça fait du bien de faire la fête ! »

 

 

Comme en Thaïlande, nos journées sont ponctuées par les visites de temples : Pha That Luang est le monument le plus sacré du pays, la légende raconte même qu’un cheveu de Bouddha y est caché ! Stéphane, Louis et Esteban l’ont cherché partout, mais aucune trace de la relique sacrée. L’or, les fleurs, les offrandes, les moines, la méditation, l’encens sont à l’honneur. L’heure est à la sagesse et à la religion. Dans les jardins autour des temples, nous croisons les fidèles, les pèlerins et nous nous saluons avec respect. A Vientiane, la vie est douce et sereine… 

Entre deux soirées, nous avons croisé Olivier et Margaux, un jeune couple de trentenaire qui eux aussi font un tour du monde ! Dans un petit café où nous mangions des croissants, nous avons échangé pendant des heures ! Super moment où nous nous sommes montrés nos vidéos et nos photos ! Le nom de leur projet : Homo Festivus ! Leur thème de voyage est « La fête sauvera-t-elle le monde ? » Bien sûr, nous n’avons pas de réponse, mais une chose est certaine la danse, la joie et l’euphorie sont électrisantes et donnent une saveur explosive au quotidien !

Ecrasés par le soleil, nous avons hésité à nous baigner dans le Mékong, mais le panneau était clair : « baignade interdite ». C’est finalement dans une grande piscine que nous jouerons avec nos enfants, le temps s’arrête, la vie est douce, sereine, agréable… L’espace de quelques jours, nous avons même songé à ne pas quitter Vientiane !

L’aquaponie avec Jean Yves Mével

Faire pousser des légumes avec les excréments de poissons, on n’en avait entendu parler mais on n’y croyait pas encore. Avec Jean Yves, un Français expatrié de longue date, c’est fait ! Spécialiste de l’aquaculture en niveau mondial, il a installé 250 mètres carrés de bassins où flotte des plaques en polystyrène dotées de trous d’où sortent des salades, des tomates, de la menthe et même des courgettes et des oignons !!! Une prouesse technologique puisque aucun traitement ni additif ne sont apportés de l’extérieur. Les plantes grandissent à grande vitesse uniquement grâce à l’azote libérée des nitrates des excréments des poissons qui grandissent dans des bassins en amont. Deux fois par jour, il faut nourrir les poissons. Louis et Esteban sont impressionnés par la vigueur des tilapias.

Depuis 6 mois, Jean Yves et sa femme laotienne vendent leurs salades aux restaurateurs de la capitale. Selon lui, les légumes ont beaucoup de goûts que ceux traités en pleine terre. L’aquaponie est un système ingénieux pour faire pousser ses légumes sans produits chimiques. La seule contrainte, c’est l’énergie nécessaire pour oxygéner l’eau, renouveler régulièrement l’eau des bassins et maintenir une température stable de l’eau et de l’air ambiant sous la serre. Nous remercions Jean Yves, passionné d’aquaculture, pour toutes ses explications.

Vang Vieng, la nature à l’état pur

Cette belle endormie du Vietnam nous a fait chavirer. Elle est souvent comparée au somptueux décor de la baie d’Along au Vietnam. Evidemment en traversant Vang Vieng, jolie perle de jade, nous avons eu une pensée pour le film Indochine. Nous nous sommes aussi souvenus du film l’Amant, inspiré de l’œuvre de Marguerite Duras dont l’histoire se déroule au Vietnam.

A 150 kilomètres au nord de la capitale du Laos se niche un écrin d’éden, la beauté des lieux est juste époustouflante. Dès le premier jour, Esteban, Louis et Stef décident de se mesurer aux pics karstiques qui tels une armée de soldats entourent la cité ! Le zipline était le meilleur moyen d’explorer les montagnes d’émeraude. Encore fallait-il y survivre !  Par zipline, comprenez accrobranches vertigineux dans la jungle !! Et puis canoé kayak en mode Indiana Jones, le tout au milieu d’immenses rizières s’étalant au pied de hauts massifs.

Pour notre dernier jour, nous partons en excursion. Ensemble, nous avons marché, nous avons traversé des villages bâtis sur pilotis en serpentant à travers des panoramas toujours à couper le souffle, loin de l’agitation de la ville. Le retour à Vang Vieng se fait en traversant un petit pont de bois (instable à souhait !). La lumière de fin du jour s’étale sur la rivière Nam Song, ce retour à la nature nous a comblé !

Luang Prabang, l’ancienne capitale du Laos

Nous continuons plus au Nord du pays. Quatre heures de bus, et nous entrons dans l’ancienne capitale, Luang Prabang. Le bus nous dépose dans la rue principale, là où toutes les guest houses ont leur pas de portes. C’est la saison basse en ce moment donc tous les réceptionnistes sont dans la rue pour nous faire visiter leurs chambres. Il n’y a que l’embarras du choix. Tout le centre-ville est classé par l’UNESCO et on le comprend vite lors de la visite des temples de la ville : Vat Xieng Thong, Wat Mai et Wat Sen.

On apprécie les balades le long du fleuve Mékong ou au Mont Phu Si au coucher du soleil tout comme les baignades en journée dans les lagons bleus azur des cascades de Kuang Si.

Namkhan Project, une nouvelle Ecoferme à Luang Prabang

Ce matin, le tuk tuk nous emmène à 5km de la ville pour visiter le nouveau projet ferme écolgique et écovillage. Thong, le coordinateur du projet nous accueille. Il va nous faire visiter le site de 10 ha dont l’aménagement à commencé il y a deux ans grâce notamment au travail de volontaires internationaux venus construire les bases de l’écoferme. Le site dispose déjà d’un grand potager (50 bandes) et de 10 grandes serres entièrement sous moustiquaires pour éviter les attaques d’insectes nombreuses en pays tropicaux. Un parcours pédagogique explique le fonctionnement de chaque installation permaculturelle : compost, chicken running, aquaponie,…très instructif. Plusieurs maisons en bambou ou en teck abritent les volontaires et le personnel lao. D’autres en construction accueilleront les futurs touristes de passage. L’idée du potager sera de nourrir les touristes en table d’hôtes : 100% bio et 100% local. Bravo pour le travail accompli dans ce cadre magnifique.

Pour plus d’infos : https://www.namkhanproject.com/#

Après quelques jours de repos, nous reprenons le bus qui nous mènera à Kunming en Chine. 25 heures de voyage en bus couchette sur 3 rangées !!! C’est la première fois pour nous que l’on se retrouve dans ce genre de transport. Premier contact avec les Chinois plutôt sympathique malgré la barrière de la langue. Le chauffeur crie sur tout le monde dans le bus mais personne n’a l’air de broncher. Toute le monde descend à chaque pause comme des soldats…Avant la nuit, nous arrivons au poste frontière laotien dans un nuage de poussière…

La suite des aventures de la Permaculture Family en Chine dans le prochain épisode.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires,

See you,

La Permaculture Family

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.